Alger, le 23 mai 2018 - Sonatrach a procédé ce matin à une présentation des résultats préliminaires du premier trimestre 2018, ainsi qu’à l’exposé de sa stratégie de raffinage, et notamment du processus de planification ayant mené à l’achat de la raffinerie d’Augusta (Italie).

La conférence a été inaugurée par M. Abdelmoumen OULD KADDOUR, Président Directeur Général, qui a rappelé que cette présentation s’inscrit en droite ligne de la volonté de l’entreprise de communiquer de façon régulière avec les représentants des médias.

Les principaux chiffres et agrégats financiers ont ensuite été présentés par le Directeur Exécutif Stratégie, Planification et Économie (SPE) et le Directeur Exécutif Finances. Il en ressort une hausse du chiffre d’affaires de 6% par rapport au premier trimestre 2017, et une baisse de la facture d’importations de carburants de -73%.

La stratégie de raffinage de Sonatrach a été présentée par un conseiller auprès du P-DG. L’accent a été mis sur l’ensemble des efforts consentis depuis fin 2017 pour répondre aux besoins du marché domestique en carburants tout en réduisant le recours aux importations via appels d’offres. Cette stratégie s’appuie sur plusieurs piliers, dont le développement de nouvelles capacités nationales (troisième train de la raffinerie de Hassi Messaoud), la reconversion de capacités installées au niveau de Skikda (hydrocraqueur et nouveaux reformings (processus de transformation du naphta en essence), les opérations de processing virtuels et l’acquisition de capacités de raffinage à l’étranger.

Le projet d’acquisition de la raffinerie d’Augusta a fait l’objet d’une présentation détaillée en termes de processus de consultation, d’expertise technique et environnementale, et en termes de résultats financiers attendus. Sonatrach a souhaité apporter des précisions, et notamment ce qui a trait à l’âge de la raffinerie, à son impact environnemental et à l’étude technico-économique.

En ce qui concerne l’âge de la raffinerie, il a été rappelé qu’une raffinerie est en fait constituée d’un ensemble d’unités qui s’imbriquent et évoluent au cours de sa vie opérationnelle. Un historique a été présenté de toutes les étapes qu’a connue la raffinerie depuis sa mise en route initiale en 1953. Il s’avère que l’âge moyen de cette raffinerie est de 46 ans lorsque l’on prend en compte l’âge de toutes les unités qui la composent, et dont la plus récente remonte à 2013. Il a été rappelé qu’une bonne maintenance peut permettre de conserver une raffinerie pendant plusieurs décennies. ExxonMobil fait partie des meilleurs raffineurs au monde, et il apparaît clairement que la raffinerie d’Augusta a été, et continue d’être entretenue de façon optimale. Elle fait d’ailleurs partie du premier quartile des meilleures raffineries au monde en termes de maintenance et d’intensité énergétique, selon le classement SOLOMON.

En ce qui concerne l’impact environnemental de la raffinerie d’Augusta, celle-ci a fait l’objet d’un audit légal et environnemental par le prestigieux cabinet d’avocats italien LEGANCE. Le Ministère italien de l’Environnement lui a renouvelé en mars 2018 son permis d’exploitation d’une durée de 12 ans, soit la période maximale autorisée par la législation italienne. La surface concernée par la contamination des sols est de 20 hectares sur une surface totale de 360 ha, et ce sur une faible profondeur. Cet impact environnemental limité a été évalué et inclus dans le modèle économique de valorisation de la raffinerie. Le coût du traitement de cette surface a été estimé à 30 millions de dollars par an, sur sept ans.

Finalement, en ce qui concerne la rentabilité de cet investissement, il a été précisé qu’une étude approfondie du projet de rachat a été conduite par les équipes de Sonatrach, assistées d’une banque internationale. Cette étude a démontré tout l’intérêt stratégique et économique du rachat, dont les principales prévisions ont été présentées.

En conclusion, Sonatrach compte utiliser l’expérience issue de la gestion de la raffinerie d’Augusta comme tremplin pour se mettre graduellement au niveau des meilleurs raffineurs au monde, ce qui profitera directement aux différents projets de raffinage en Algérie.

 

 

Alger, le 11 mai 2018 à 12h00,

Dans le cadre du partenariat global annoncé en 2017, SONATRACH a signé un accord avec TOTAL ayant pour objet le développement, la réalisation et l’exploitation d’un complexe de déshydrogénation du propane et production du polypropylène     

(PDH – PP) dans la Zone Industrielle d’Arzew.

D’une capacité de production de 550 000 tonnes par an de polypropylène, en utilisant une charge de 650 000 tonnes par an de propane issu des installations de séparations de GPL d’Arzew, ce projet pétrochimique comprend une usine de déshydrogénation de propane (PDH) et une unité de production de polypropylène ainsi qu’une unité logistique à la pointe de la technologie.

Ce projet représente un investissement d’environ 1,5 milliard de dollars pour les deux partenaires (SONATRACH 51%- TOTAL 49%) qui lanceront les études d’ingénierie de détails au courant du deuxième semestre de cette année.

Ce projet permettra d’assurer une couverture totale des besoins du pays en Polypropylène ainsi que la création d’emplois direct (6000 personnes en phase de construction et 600 personnes en phase d'exploitation commerciale).

L’exportation des quantités de production excédentaires seront destinées aux marchés de l’Afrique du Nord, l’Europe et la Turquie. Cette exportation générera une plus-value estimée à 2,5 X la valeur de l’exportation de la charge sans transformation.

A titre de rappel, le polypropylène est utilisé dans différents domaines comme le textile, l’industrie automobile et du bâtiment ainsi que dans le domaine pharmaceutique. 

A l’occasion de la signature de cet accord, M. Abdelmoumen OULD KADDOUR, Président Directeur Général de SONATRACH, a déclaré

« Ce projet s’inscrit dans notre stratégie de développement de la pétrochimie, notamment en ce qui concerne la transformation des matières premières en Algérie, pour mieux valoriser nos produits par rapport à leurs exportations en nature ainsi que la création d’emplois ».

 

ITALIE-Rome, le 09 mai 2018 à 12h00, Faisant suite à l’accord des autorités algériennes et de son Conseil d’Administration, SONATRACH a annoncé ce jour avoir signé un accord avec ESSO Italiana Srl (filiale à 100% d’Exxon Mobil) portant sur l’achat de la raffinerie d’Augusta (Sicile), de trois terminaux pétroliers situés à Augusta, Naples et Palerme ainsi que leurs systèmes d’oléoducs associés. Cet accord est le fruit d’une procédure de mise en vente concurrentielle.

Le transfert de la propriété de la raffinerie et de ses actifs à SONATRACH interviendra à la fin de l’année 2018, sous réserve du respect de certaines conditions, notamment l’approbation de cette vente par les autorités en charge de la concurrence.

Capable de traiter à la fois du Sahara Blend ainsi que du fuel résiduel issu de Skikda, la raffinerie d’Augusta s’intégrera directement dans le système de raffinage de SONATRACH.

Elle pourra également traiter directement des produits qui sont excédentaires en Algérie en vue de réimporter des produits aujourd’hui en déficit comme le gas oil et l’essence. Selon les termes de cet accord, SONATRACH travaillera également en étroite collaboration avec Esso Italiana S.r.l et Exxon Mobil pour assurer la continuité effective de l’exploitation de la raffinerie d’Augusta pendant la période de transition ainsi qu’à son issue.

Avec l’acquisition des trois terminaux, l’autonomie de la consommation en diesel et en essence de l’Algérie est, quant à elle, augmentée de plusieurs jours de consommation. A l’occasion de la signature de cet accord, M. Abdelmoumen OULD KADDOUR, Président Directeur Général de SONATRACH, a déclaré:

« Nous sommes extrêmement fiers de réaliser notre premier investissement dans le raffinage international en Italie. La proximité géographique de l’Italie et les relations privilégiées qui ont toujours lié SONATRACH à ce pays font qu’il était naturel que notre première acquisition dans le raffinage se fasse en Italie. La raffinerie d’Augusta représente un actif idéal sur le plan géographique et sur le plan des synergies envisageables avec la raffinerie de Skikda.

Nous entendons assurer la continuité de son management, la stabilité de l’emploi et continuer à faire progresser ses standards déjà élevés en matière de santé, sécurité et respect de l’environnement. SONATRACH entend également établir et nourrir un dialogue ouvert et permanent avec l’ensemble des parties prenantes dans cette opération ».

SONATRACH- 28/04/2018- Le Président Directeur Général de SONATRACH, le Syndicat National et la Mutuelle de l’Industrie du Pétrole (MIP) lors d’une cérémonie organisée le 22/04/2018 au siège de la Direction Générale ont signé un nouvel avenant à la convention de 1998, portant Pension Complémentaire de Retraite.


Le fonds de Revenu Complémentaire de Retraite, a connu ces dernières années des perturbations qui ont impacté sévèrement sa trésorerie. Depuis 2014, les engagements du fonds ne pouvaient plus être honorés par les mécanismes en vigueur.


Face à la situation de cessation de paiements qui s’installait, une première solution a été apportée immédiatement, par une augmentation des cotisations des salariés et de la contribution de l’employeur.


Devant la persistance du déficit, une deuxième mesure a été mise en oeuvre, en 2015, en consolidation de la première solution, et a consisté en la révision du taux généré par année de cotisation validée (de 1% à 0,625% par an) de la pension complémentaire de retraite.


Ces deux solutions, dictées par le principe de solidarité entre les différents acteurs (employés, employeur et retraités) n’ont pas permis d’assurer l’équilibre financier escompté.


Soucieux de préserver les acquis des salariés et des retraités et éviter la situation de faillite évidente et imminente, aggravée par les départs massifs en retraite (avant 60 ans), enregistrés durant les exercices 2015 et 2016, la SONATRACH et le syndicat de l’entreprise ont engagé des actions afin de permettre le sauvetage du fonds et d’en assurer sa pérennité.


Ces actions ont été couronnées par une prise de décision salvatrice, dont l’effort consenti pour assurer l’équilibre du fonds et absorber les déficits cumulés sera supporté par SONATRACH à hauteur de 75%, et 25% par le Syndicat National sur le fonds des oeuvres sociales relatif à la PCR et consacré exclusivement aux retraités de SONATRACH SPA.


Cette mesure a été adoptée par l’ensemble des délégués (représentants des travailleurs de SONATRACH SPA) présents au Congrès du Renouvellement du Syndicat National SONATRACH, tenu le 23 février 2018 à Oran et concernera que les retraités de notre Entreprise SONATRACH SPA au titre du principe de solidarité, non pas par simple obligation contractuelle, mais par engagement moral et responsabilité sociétale.


SONATRACH/Direction Communication & Relations Publiques Alger, 28 Avril 2018
Il est important de souligner que l’avenant à travers ses nouvelles dispositions, dès son entrée en vigueur, permettra:

  • Le retour à un paiement régulier des revenus (RCR) ;
  • La prise en charge des 9000 nouveaux dossiers en souffrance depuis 2015 ;
  • Le paiement des dus antérieurs (différents rappels et régularisations);
  • D’assurer la pérennité du fonds à l’horizon de 2030 ;
  • Un Comité de suivi a été mis en place par la Direction Générale de SONATRACH SPA, en concertation avec le Syndicat National.

Il est  composé de représentant de la Direction Générale de SONATRACH SPA, du Syndicat National et les représentants de la MIP. Il a pour mission de veiller à l’application de tous les articles de l’Avenant, précité.


La Direction Générale de SONATRACH, le Syndicat National ainsi que la FNTPGC remercient l’ensemble des retraités pour leur patience et sens de responsabilité démontrés tout au long de cette période.


Enfin et à l’occasion de la Journée Internationale du Travail, nous saisissons cette occasion pour saluer l’ensemble de nos retraités et de nos travailleurs, en leur souhaitant une excellente Fête.

 

Alger, le 25 avril 2018- SONATRACH, opérateur sur le bloc KAFRA au Niger limitrophe des frontières algériennes, annonce la première découverte d’hydrocarbures suite au forage du premier puits d’exploration KAFRA-1 (KFR-1).


Ce forage a démarré le 28 décembre 2017.


Pour rappel SONATRACH, par le biais de sa filiale internationale SIPEX a signé avec la république du Niger en 2005 un contrat de prospection et de recherche sur le périmètre KAFRA pour une période de 12 ans, étalée sur 03 périodes de 04 années chacune.